Une nouvelle moisson de livres numériques en sciences qui va changer la façon dont les étudiants savoir

La science progresse d’une manière très rapide, ce qui rend les manuels existants obsolètes. Actuellement, les nouveaux manuels numériques font leur apparition dans le but de mieux faire participer les élèves et leur permettre d’être à jour en ce qui concerne les dernières recherches. Ces e-livres coûteront et pèseront  moins que la moyenne d’un tome imprimé.

En Janvier, Apple a annoncé sa plate-forme iBooks manuel 2 pour l’iPad en coordination avec certains éditeurs, y compris McGraw-Hill, Pearson, et Houghton Mifflin Harcourt, qui vont se charger, d’après un contrat signé avec ce géant, de créer le contenu nécessaire pour ce projet.

En Février, Nature Publishing Group, dont la revue Scientific American fait partie intégrante, a publié «  les principes de la biologie », un « livre » multimédia interactif, destiné  aux classes de biologie pour les niveaux universitaires accessible en ligne et utilisé à partir des ordinateurs tablettes, des ordinateurs portables, des ordinateurs de bureau et les smartphones. Les principes de biologie intègre du texte avec des vidéos, des simulations, des exercices interactifs, des illustrations et des tests et comprend également des documents classiques et actuelles de revues de nature et similaires. Titres à venir dans les sciences de la vie et physique sont dans les œuvres.

David Johnston spécialiste de l’écologie marine à l’Université Duke et ses collègues ont adopté une approche plus Wikipedia-like. Leur application, Cachalot, qui est disponible gratuitement sur l’iPad et a été créée à l’aide de la participation de bénévoles: les scientifiques spécialisés dans les sciences  marines ont rédigé ses articles gratuitement à partir de notes de cours, une classe  d’informatique a conçu son design,  des institutions, y ont contribué à son contenu, pour ne pas citer que le cas de  la Woods Hole Oceanographic Institution, qui a fait don des images et la vidéo. Le projet a vu le jour  dans une classe de Johnston qui s’intéresse aux grands animaux marins comme les dauphins, les tortues, les phoques et les vers tubicoles géants. Bien que les auteurs ne sont pas payées pour leurs contributions, leur travail est examiné par leurs identiques et publié par la suite, ce qui rend ce travail potentiellement utile lorsque vient le temps de la promotion ou la continuité, dit-il.

Sharon Lynch, un chercheur de l’enseignement des sciences à la George Washington University, déclare de tel projet  que ceux de les e-books peuvent éventuellement être généralisés, mais ajoute que la recherche doit être faite ou non, ils sont en fait mieux que les manuels traditionnels.

Une telle étude est déjà en cours à Nature Publishing Group: sur certains campus de Californie State University, les étudiants ont commencé d’étudier la biologie sur les anciens manuels scolaires, tandis que d’autres classes utilisent  « les principes de la biologie », de sorte que la société  puisse faire côte-à côte  des comparaisons de la façon dont les élèves ont appris la biologie et comment leurs attitudes envers les sciences peuvent différer, dit Vikram Savkar, le directeur de la publication de Nature Education.